Green washing ….. mais qu’est ce que c’est /// What is green washing?

Bonjour tout le monde!

Aujourd’hui je voudrais vous parler d’un concept qui me tient à cœur et dont on commence à parler de plus en plus, j’ai nommé le greenwashing ! (ou écoblanchiment). C’est la méthode que pratiquent de nombreuses marques pour paraître naturelles, voire même bio. Mais comment font-elles?

(ENGLISH VERSION FOLLOWS)

  1. Utiliser et mettre en avant des noms de plantes :
    Certaines marques aiment montrer qu’elles utilisent des plantes, pour que les clients pensent que le produit est naturel. Prenons comme exemple une marque qui met en avant l’huile d’argan comme ingrédient principal, ou qui vente les mérites d’un actif que seule cette marque a su développer, et blablabla…L’astuce pour vérifier si cette marque dit ou non la vérité, c’est de lire la liste des ingrédients, et de regarder la place qu’occupe ce produit. Si il ne figure pas dans la première moitié du produit, c’est qu’il n’est en réalité présent qu’en faible quantité! Ces marques font croire qu’elles utilisent des plantes, des huiles végétales, alors que pour la plupart, c’est faux!
  2. Le packaging:
    Beaucoup de marques (y compris les marques bio) font passer l’idée de produit « bio/naturel/non toxique » à travers un packaging vert (parfois littéralement 😉 ), ou tout ce qui peut venir à l’esprit lorsqu’on pense aux mots « naturel » , « plantes », biologique » etc. Voilà pourquoi de nombreuses marques conventionnelles décorent leurs produits d’images de fleurs, plantes, utilisent parfois des bouchons verts… afin que les mots cités plus haut nous viennent à l’esprit!
    Dans la même idée, nous pouvons parler des informations présentent sur le produit. On voit souvent écrit: « sans parabens! extraits naturels de plante! » et parfois même « sans conservateurs! sans phtalates! » etc. Alors oui, parfois c’est vrai, mais le plus souvent, ils contiennent des produits bien plus toxiques (comme les huiles minérales et les phénoxyéthanols), et les chimistes remplacent simplement des composants connus par des ingrédients inconnus du grand public.
  3. Branding : identité de la marque
    Beaucoup de marques utilisent ce procédé afin de se donner une image plus verte. Je m’explique: en combinant des packagings qui ont une connotation naturelle, en mettant en avant des ingrédients naturels, des marques font reposer leur identité toute entière sur cette ambiguïté. Prenons un exemple : Tarte, une marque américaine très connue pour ses produits végétaliens, et à base d’argile amazonienne. On pense tout de suite: chouette, une marque naturelle! (ou alors moi il y a 6 mois, encore naïve et bien moins informée…) Leurs rouges-à-lèvres LipSurgence sont censés être formulés sans huile minérale, mais en étudiant la composition de plus près, je me suis rendue compte qu’ils contiennent de l’ozokerite, une roche naturelle qui, une fois fondue, ressemble a de la cire, se rapproche beaucoup du pétrole (en cosmétique on le retrouve sous le nom d’huile minérale), et contient aussi de la paraffine.. Ce n’est qu’un petit exemple de ce que l’on trouve lorsqu’on étudie la composition des produits tartes (ils contiennent également du parfum, des alcools irritants..)
    Vous pouvez consulter l’article de cette bloggeuse qui explique très bien si Tarte est une marque naturelle ou non, mais c’est en anglais, ici

CONCLUSION: Beaucoup de blabla pour vous parler du greenwashing, et pour que vous soyez au courant de ces stratégies marketing (si vous ne les connaissiez pas déjà 😉 ). Il faut regarder au delà du joli packaging ou de ce que l’on pense connaître d’une marque lorsqu’on s’intéresse a la beauté bio/naturelle car on est souvent surpris!

PS: L’important n’est pas tant dans les produits qu’on achète (encore que…) mais plutôt avoir conscience de ce que l’on achete. Je m’explique:
Dans le monde de la beauté naturelle, on doit visualiser un large spectre qui inclut les puristes, et les initiés, ou les végétaliens, ceux qui sont allergiques au parfum, les peaux sensibles etc. Pour l’instant, je me situe plutôt entre les puristes et les initiés mais j’aspire a me rapprocher du premier. En fonction d’où on se positionne par rapport à ce spectre, on ne se limite pas de la même manière en terme d’ingrédients. C’est pour cela que je précise toujours la composition des produits que j’utilise, afin que vous puissiez décider si cela vous correspond ou non (notamment pour les végétalien, si le produit contient de la cire d’abeille, de la carmine, pour ceux ou celles qui évitent le parfum etc.)

Ce concept de spectre ne vient pas de moi mais de la très intelligente Laura de Laura’s natural life qui a développé cette notion dans une vidéo ici (en anglais).

Voila les amis, c’est tout pour cet article, il était bien long j’ai l’impression mais j’espère que vous en aurez tiré des informations intéressantes!

Bisous!

Hello everyone!

In today’s post I would like to talk about a concept very dear to my heart and which is starting to receive a lot of attention, which is greenwashing! It is a method used by many brands to appear more natural, even organic. But how exactly?

  1. Putting forward plants names:
    Some brands like to show that they use plant extracts, so that customers will think that the product is natural. Let’s take for exemple a brand which puts forward argan as main ingredient, or praises the benefits of a never-heard-of-before-exclusive-active, and so on… The trick to check if this brand is telling the truth or not is to read the ingredient list, to see where it is ranked in the list. If it is not if the first half, it means that it is present in very small quantity! These pretend they’re using plants, vegetable oils, but in most cases, they don’t!
  2. Packaging:
    Many brands, including organic/natural ones communicate the idea of a natural/non toxic product through a green packaging (often quite litterally green 😉 ), or through anything which comes to mind when you think of « natural », « plants », « organic » etc. That’s why a lot of conventional brands adorn their products with images of flowers, plants, use green caps… so that to words I quoted pop up in your minds!
    In the same line of thought, we can also talk about the information figuring on the product. You can often read: ‘formulated without parabens! natural plant extracts!’ and even ‘no preservatives! no phtalates!’ etc. While it can be true in some cases, most time they contain much more toxic products (such as mineral oils and phenoxyethanols), and chimists simply replace widely-known componants by some that are more unknown.
  3. Branding: identity of the brand
    Many brands use this strategy to appear greener. Let me explain: by combining packagings that connotate a green image, putting natural ingredients forward, brands base their whole identity on this ambiguity. Let’s take for example Tarte, a famous american brand, which is known for its vegan products, made with amazonian clay. You immediately think: Yay, a natural brand! (or at least I did 6 months ago, still naive and not very well informed…) Their lipstick are supposed to be formulated without mineral oils, but reading closely the ingredient list, I found out that they contained ozokerite, a rock which, once melted, is wax-like, a lot like petroleum (which is found under the name of mineral oil in cosmetics), and contains paraffin as well. It is only a small exemple of what you can find if you dig into the ingredient list of Tarte products (they contain perfume, irritating alcohols…)

    You can read this article which explains very well if Tarte is a natural brand or not here.

Conclusion: A lot of blabber to talk to you about greenwashing, and for you to know about marketing strategies (in case you didn’t know them already 😉 ). One must look beyond pretty packaging or what we think we know about a brand when looking into natural/green beauty because we can often be surprised!

PS: What matters is not so much the products that you buy (although…) rather than being aware of what you buy. Let me explain:
In the green beauty world, picture a large spectrum which includes purists, initiated, vegans, those who are allergic to perfumes, sensitive skins etc. I situate myself between purists and initiated fr now, but I aspire in getting closed to the former. Depending on where you stand on the spectrum, you do not exclude the same products as others wuld. That is why I always specify the ingredients of the make-up products I use, so that you can decide if they suit you or not (especially for vegans, if the product contains beeswax, carmine, or for those who avoid perfume etc.)

This spectrum concert does not come from me but from the very smart laura from Laura’s natural life, who developped this notion in a video here.

That’s all for now, friends! I feel like it was quite long but I hope you will have learnt something interesting out of it!

Bisous!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s